reflet dans un masque de ski

Comment choisir son masque de ski ?

Conseils

Posté le

  

Soleil éblouissant, réverbération, brouillard ou chute de neige : les conditions climatiques en montagne peuvent être extrêmes. En altitude, le rayonnement solaire est plus intense et oblige à porter des lunettes ou un masque de ski sur les pistes. Quel que soit votre choix, il faudra adapter la teinte à la météo. Tour d’horizon de vos options.

 

Masque de ski : quelle teinte d’écran choisir ?

 

Choisir son masque de ski par beau temps

La montagne est enneigée, le soleil brille, le ciel est bleu : les conditions parfaites sont réunies pour une journée de ski de folie. Pour en profiter au maximum, choisissez un masque avec un écran gris ou irisé. Il retranscrit réellement les couleurs sans filtre, tout en absorbant une bonne partie de la luminosité pour ne pas être ébloui.

Le top du top : les écrans polarisés, car ils reflètent la réverbération du soleil sur la neige pour un confort visuel sans pareil. On les trouve également avec un effet miroir supplémentaire.

Les indices de protection des masques

Catégorie 1, 2, 3 ou 4 : les indices de protection vous protègent des ultraviolets. En montagne, la neige réfléchit jusqu’à 85 % des UV. Plus l’indice est haut, plus la protection est importante. C’est pourquoi les catégories 3 et 4 sont les plus recommandées pour la pratique du ski.

 

choix masques de ski magasin sport d'hiver

 

Jour blanc : quel masque choisir ?

La météo est capricieuse : le ciel est voilé, les nuages sont bas, le brouillard est présent. Même si les conditions ne sont pas idéales, la journée de ski n’est pas perdue. Regardez le côté positif : après tout, il y a moins de monde sur les pistes et moins de queue aux remontées mécaniques. La difficulté réside ici dans le manque de contraste. Il devient en effet plus difficile de repérer les bosses, les creux et parfois même les bords de la piste ! Il vous faut donc un masque qui amplifie les contrastes et améliore la définition des détails. Pour cela, on opte pour un écran jaune ou orange. Cette teinte filtre la lumière bleue et permet de mieux se repérer dans l’espace. Attention à ne pas en faire trop : si la teinte tire vers le marron, elle assombrira votre vue à l’excès.

Limiter la buée dans le masque

Tous les masques de ski possèdent une pellicule anti-buée. Pour ne pas endommager le film, il ne faut pas frotter l’intérieur de l’écran. De plus, mieux vaut éviter de porter son masque sur la tête. La chaleur de cette dernière crée de la vapeur qui se colle ensuite à la visière.

 


Le masque polyvalent pour skier par tous les temps

S’il devait n’en rester qu’un, ce serait le masque à la teinte « orangée ». Il atténue suffisamment la luminosité par jour de beau temps, tout en accentuant les contrastes sous un ciel légèrement nuageux. Il s’adapte donc à la grande majorité des conditions climatiques d’un séjour au ski. En cas de fort brouillard ou de chute de neige, il vaudra mieux rester devant la cheminée au chalet, au fond de son lit sous la couette ou s’octroyer un repos bien mérité au spa. Si rien ne vous arrête, vous pourrez louer un masque adapté en magasin pour partir skier au milieu des nuages.

Les masques de ski photochromiques

Impossible de choisir votre teinte de masque, car vous skiez par tous les temps ? Alors optez pour un masque de ski photochromique. Son écran se teinte sous l’action de la luminosité. Il s’adapte donc automatiquement à toutes les météos, même les plus capricieuses. Mais cette polyvalence a un coût. Ces masques sont généralement beaucoup plus chers à l’achat que les modèles premier prix.

 


Masque ou lunettes, l’important est de protéger ses yeux du soleil. Pour un confort visuel accru et plus de sécurité, j’ajuste la teinte de mon écran aux conditions climatiques. En ligne ou en station, l’équipe Go Sport Montagne pourra me conseiller sur la teinte la plus adaptée selon la météo du jour.

 

Les trois points-clés à retenir pour bien adapter votre masque :

− En montagne, l’altitude et la réverbération sont nocives pour les yeux.

− Je vise une catégorie de protection supérieure à 3.

− J’adapte mon écran de masque en fonction de la météo.

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Retour aux articles