skieur de randonnée

Comment choisir son équipement de ski de randonnée ?

Conseils

Posté le

Débutant, amateur ou randonneur chevronné, le choix de son équipement de ski de randonnée s’appuie en grande partie sur ce que vous voulez faire avec votre matériel, mais également sur ce que vous êtes capable de faire. En d’autres termes, il s’agit de trouver la bonne gamme adaptée à votre utilisation. Pour cela, nous vous avons listé quelques profils types de randonneurs, et pour chacun, l’équipement de ski de randonnée qui leur convient le mieux.

 

Comment bien choisir ses skis de randonnée ?

Le choix d’un ski de randonnée se détermine en fonction de votre activité principale : êtes-vous plus axé balade, montée sportive ou descente freeride ? À chaque discipline correspond un style de ski, bien que certains puissent être polyvalents.

Pour faire son choix parmi les nombreux modèles de ski de randonnée disponibles, on s’attache à trois critères : la largeur au patin, le poids et la taille :

 

  • Pour vous, le ski de rando, c’est avant tout… de la randonnée ! Plutôt montagnard, vous aimez l’effort et le paysage grandiose comme réconfort. Dirigez-vous vers un ski polyvalent, léger pour pouvoir assurer en montée, avec des dénivelés importants, et qui sera aisé à manier en descente. On vote pour une largeur au patin n’excédant pas les 85 mm pour assurer une skiabilité raisonnable en descente. Plus le ski sera large, moins il aura besoin d’être long. Visez entre +/ — 5 cm par rapport à votre taille. Enfin, côté poids, les poids plume ne dépassent pas les 2 200 grammes, mais jusqu’à 2 600 g, on reste dans le raisonnable.

 

  • La poudre, la peuf, la powpow : pour vous, le ski de randonnée, c’est surtout un moyen d’accéder aux plus beaux espaces vierges. Vous restez sur des dénivelés softs (jusqu’à 1 000 m) et recherchez un maximum de portance à la descente. Alors choisissez un équipement de ski de randonnée avec une largeur au patin entre 90 et 100 mm. Un peu plus long qu’un ski polyvalent, on pourra aller jusqu’à +10 cm de plus que sa taille sans compromettre le poids global. Plus larges et plus longs, le ski orienté descente est plus lourd. Restez sous la barre des 2 800 grammes pour conserver skiabilité et confort.

 

  • Sportif, vous aimez le chrono, l’effort, la performance. Il vous faut donc un choisir un ski de randonnée rapide à la montée comme à la descente. Qui dit rapide, dit léger. Cherchez une paire pesant moins de 1600 grammes avec un patin étroit (autour de 65 mm).

L’équipement de sécurité en ski de randonnée

Le terme randonnée est trompeur : l’on s’imagine balader en forêt à l’abri de tout danger. La pratique du ski de randonnée est pourtant proche du ski hors-piste, et donc nécessite tout l’attirail de sécurité : DVA, sonde, pelle au minimum. 

 

Les fixations de ski de randonnée

En randonnée, le choix de la fixation est presque aussi important que celui de son ski. Cette dernière impacte le poids, la praticabilité, l’effort à fournir, etc. Il existe trois grands modèles de fixation de ski de randonnée, chacune visant un public particulier.

Les fixations à plaques

Commençons par les fixations à plaques : une technologie similaire à une fixation alpine, mais avec une option « marche ». C’est deux avantages pour un inconvénient majeur. Elles ne requièrent pas de chaussures spécifiques, vous pourrez utiliser vos chaussures de ski alpin, et elles garantissent un déchaussage alpin dans les descentes. Un véritable gage de sécurité. En revanche, elles sont lourdes… très lourdes : autour des 2 000 grammes en moyenne. La montée, qui représente 80 % du temps de randonnée, est donc un réel supplice.

Somme toute, ce sont des fixations grand public, utiles aux randonneurs occasionnels qui souhaitent privilégier la sécurité en descente. Cela permet de n’avoir qu’une seule paire de skis pour deux terrains de jeux : le ski alpin et la randonnée.

Les fixations à inserts

Autre option : les fixations à inserts. Elles conviendront aux adeptes réguliers. À l’avant, deux crochets se fixent sur la chaussure. Cette dernière est donc une chaussure dédiée à la pratique de la randonnée. Pour rejoindre les sommets, on bloque la fixation en mode « marche ». Puis à la descente, on bascule en mode « ski », donc avec la possibilité de déchaussage en cas de chute. L’avantage : le poids. Avec moins de 1 000 grammes, ces fixations font partie de la catégorie poids plume. Côté portefeuille, ce sont plutôt des poids lourds : comptez autour de 400 € la paire.

Une 3e solution : hybride

Enfin, les derniers-nés en matière de fixation sont les hybrides. Les amateurs de freerando se tourneront vers ces bijoux de technologies alliant la légèreté des inserts à la sécurité des plaques. Ne vous affolez pas, on tourne tout de même entre 1 100 et 1 500 grammes la paire, ce qui est pas mal par rapport à une fixation à plaque, mais tout de même pas top. En revanche, si ce qui vous plait dans le ski de randonnée, ce sont les champs de poudreuse à perte de vue et une descente à tout-va avec de la neige jusqu’aux genoux, alors le système de déchaussage alpin est l’idéal. Petit bémol : elles sont plus chères à l’achat, d’une part, car ce sont de nouveaux modèles, et d’autre part, car elles assurent une sécurité à toute épreuve pour les freeriders.

skieurs en randonnée

 

Pour récapituler : les novices devront s’équiper de skis de randonnée de fixations à plaque, les randonneurs réguliers de fixations à insert et les adeptes du hors-piste de fixations hybrides. Il y en a pour tous les goûts !

Les bâtons en ski de randonnée

Les bâtons font partie des indispensables du matériel de ski de randonnée. On opte pour des modèles télescopiques afin d’adapter aisément leur taille en montée. Recherchez le système qui vous parait le plus pratique pour vous, car vous serez amené à les réajuster à de multiples reprises.

 

Choisir ses peaux de phoques

Avant d’entrer dans les détails, qu’est-ce que les peaux de phoque ? Il s’agit du système anti-recul en ski de randonnée. Ce sont donc des bandes à coller sous les skis afin d’avoir suffisamment d’accroche pour ne pas reculer, mais aussi suffisamment de glisse pour pouvoir avancer.

Malgré son nom barbare, il y a bien longtemps que les peaux de phoques ne sont plus d’origine animale. Aujourd’hui, elles sont soit composées de mohair, soit de fibres synthétiques, soit d’un pourcentage des deux.

Le mohair est une laine fabriquée à partir de la toison d’une chèvre angora d’Asie. Ses poils ont la particularité de permettre une glisse vers l’avant incomparable, tout en fournissant un effet anti-recul redoutable. Cependant, étant une matière naturelle, elles s’usent rapidement et demandent un entretien régulier pour conserver leurs performances. À moins de vous entraîner pour la compétition, mieux vaut opter pour un mix mohair/synthétique.

Les fibres synthétiques se sont rapidement imposées sur le marché grâce à leur prix très accessible. Certes, elles offrent une moindre qualité de glisse que le mohair, mais sont ultra-résistantes dans le temps. Cependant, pour allier le meilleur des deux mondes, optez pour une peau de phoque mixte. C’est le compromis parfait entre glisse, anti-recul et durabilité.

Peaux encollées ou auto-collantes : notre conseil Go Sport Montagne

Traditionnellement, les peaux de phoques étaient pré-encollées. Si le système était efficace, il devenait peu pratique lors du dépeautage, sur les sommets, avec ses gants et de la colle partout ! Il fallait en effet réencoller ses peaux sur un filet afin de pouvoir les ranger. Aujourd’hui, grâce à une technologie moléculaire, les peaux auto-collantes se fixent à la semelle du ski et se décollent facilement pour être rangées, pliées, dans votre sac.

 

Le choix de votre équipement de ski de randonnée dépend grandement de votre type de sortie. Que ce soit pour les skis, les fixations, les peaux de phoques ou les chaussures, les conseillers Go Sport Montagne vous aideront à trouver le parfait compromis entre poids, budget et usage.

 

Les points-clés à retenir pour bien choisir son équipement de ski de randonnée :

– Trois critères pour le choix du ski de randonnée en fonction de votre discipline : largeur au patin, poids, taille

– Trois critères pour le choix des fixations : poids, déchaussage, chaussure dédiée

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Retour aux articles