mère et fille sur des skis

Donner des cours de ski soi-même à ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?

Conseils

Posté le

Les bonnes raisons pour apprendre soi-même le ski à ses enfants sont multiples : tarifs décourageants, cours complets, horaires peu adaptés ou simplement envie de profiter d’un moment privilégié avec ses enfants… Est-ce une bonne idée pour autant ? Mauvaise technique, posture inadéquate, peur et rejet de l’activité : les risques de faire une bêtise sont tout aussi nombreux ! Alors, donner des cours de ski à son enfant : bonne ou mauvaise idée ?

 

Skier en famille : les avantages

Pour la majorité des Français, passer des vacances en famille consiste à profiter de moments de complicité avec ses enfants. Là où pendant l’année scolaire, tout tourne autour des devoirs, des douches et des brocolis à finir, pendant un séjour à la montagne, l’on peut enfin lâcher du lest et se concentrer sur les fou-rires, les câlins et la relation parent-enfant.

Donner des cours de ski à ses enfants, c’est transmettre son savoir, c’est faire découvrir à son bout de chou une nouvelle activité, c’est le voir progresser et avancer. De quoi construire un lien fort et privilégié avec l’enfant et éprouver une énorme fierté à le/la voir réussir.

C’est également fournir un environnement d’apprentissage adapté aux besoins de votre enfant, le laisser expérimenter en toute sécurité, sous l’œil bienveillant de ses parents. La famille est un cadre connu, une cellule où l’enfant peut être lui-même. Bien sûr, tout ne sera pas rose : cri, caprice, impatience. L’enfant pourra vivre plus ouvertement ses émotions qu’avec une personne étrangère et dans un groupe d’autres élèves.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, choisissez une station familiale qui offre des multiples espaces débutants, des pistes accessibles aux novices et des activités après-ski pour le plaisir des plus petits.

Plus vite que la musique

La pédagogie, c’est avant tout beaucoup de patience. Ne brusquez pas votre enfant, au risque de le dégouter du ski. Il faut qu’il dépasse ses limites, certes, mais que les objectifs restent accessibles et raisonnables. En tant que parent, il n’est pas toujours facile d’estimer ce que son enfant peut réussir à faire selon son âge. Utilisez les niveaux ESF pour vous guider.

 

Apprendre à skier en cours collectif

Tout parent le sait, ce sont des petits monstres à la maison et des anges à l’extérieur. À la neige ou en ville, même combat. Ainsi, face à un inconnu, dans un environnement nouveau, au milieu d’un groupe d’enfants de son âge, votre descendance sait bien se tenir.

Outre les compétences pédagogiques et l’expérience du moniteur(trice), c’est sa posture d’étranger à la famille qui lui confère son autorité. Avec vous, c’est différent. Il y a tout un passé émotionnel qui entre en jeu : peut-être un mauvais souvenir de quand vous lui avez appris le vélo, ou une critique prononcée sous le coup de la colère qui l’a marqué, ou bien encore la fessée d’hier dont il/elle se souvient aujourd’hui…

cours de ski ESF

D’autre part, les écoles de ski ont accès à des espaces protégés, spécialement dédiés aux débutants, ce qui permettra à votre enfant d’évoluer en toute sécurité. L’apprentissage du ski s’appuie principalement sur le jeu : ramasser des objets, skier sur un pied, faire la course ou encore jouer à trappe-trappe. Parce que le groupe est nombreux, alors le jeu est plus marrant. De plus, les écoles disposent de tout le matériel nécessaire pour organiser ces exercices collectifs.

Pédagogie, jeux, mimétisme : apprendre à plusieurs

Intégré à son groupe, l’enfant imite ses pairs pour ne pas être rejeté. C’est une étape de base de la socialisation. Apprendre le ski en cours collectif, c’est donc bénéficier de la dynamique du groupe, de l’entraide et de l’entrain de ses camarades.

 

Les outils pédagogiques pour enseigner le ski à ses enfants

Il y a plusieurs approches de l’enseignement du ski. Certains miseront sur l’autonomie de l’élève, d’autre sur la mise en confiance, d’autres encore s’appuieront sur le mimétisme. Bien entendu, le choix d’une pédagogie plutôt qu’une autre dépend grandement de l’enfant. Un enfant casse-cou sera prêt à se lancer seul sur les pistes alors qu’un bambin qui tâtonne encore souhaitera la présence rassurante d’un adulte. Voici trois exercices éducatifs à tester si vous souhaitez donner des cours de ski vous-même à vos enfants.

 

Le co-ski

  • Le co-ski consiste à skier à deux, l’un à côté de l’autre. Bien entendu, en tant que guide, il faut être bon skieur. L’idée repose sur un lien entre vous et votre enfant. Les deux peuvent se tenir par la main ou se tenir tous les deux un bâton, chacun attrapant une extrémité. Côte à côte, le parent amorce les virages et guide le débutant. Ce dernier, accroché au bâton, profite du mouvement pour suivre et apprendre à coordonner ses skis.

Le + : le parent gère la vitesse, l’enfant est rassuré. Il apprend par soi-même, sans conseil technique précis (« apprentissage naturel »).

Le – : le bâton doit être un guide, pas un appui. À défaut, l’élève adopte une mauvaise posture.

 

La pince à ski

  • La pince à ski est un objet plastique qui s’attache à l’avant des spatules. Elle permet de maintenir les skis en version chasse-neige. Le skieur novice adopte donc une bonne position sans avoir à trop forcer sur ses jambes. Cela facilite le guidage des skis et réduit la fatigue. Bien entendu, c’est à vous de savoir évaluer correctement le terrain adapté au niveau de votre enfant. Une piste bleue peut être insurmontable pour un ourson, mais accessible à une 1re étoile. De préférence, on s’entraine sur une piste verte (presque) plate pour les débutants afin de faciliter l’arrêt naturel.

Le + : idéal pour profiter d’une piste verte ou bleue avec toute la famille, sans craindre de prendre trop de vitesse. Aide ponctuelle pour apprendre la position, c’est l’équivalent des petites roues stabilisateurs du vélo.

Le – : habitué à cette aide extérieure, il peut être difficile d’adopter la bonne position et de supporter l’effort requis une fois la pince enlevée.

 

Le harnais

  • Le harnais s’attache au corps de l’enfant, au niveau des hanches. L’enfant est donc seul face à la piste, avec la sécurité de Papa et Maman derrière qui le freinent, voire le dirigent. C’est un apprentissage en toute sécurité de la piste. L’élève est seul à décider de sa trajectoire et de ses virages. Il est uniquement débarrassé du besoin de gérer sa vitesse.

Le + : l’enfant apprend en autonomie, il décide lui-même de son tracé, sans aller trop vite.

Le – : il ne travaille pas son freinage et sa capacité à s’arrêter. De plus, il n’a pas de guide devant qui l’aide à trouver le meilleur chemin.

 

 

Partagez les sorties : le bon compromis

Cours le matin, sortie familiale l’après-midi, ou pour un bon dodo, ski en famille le matin, suivi du cours collectif. Autre option, débuter la semaine en école et passer les deux derniers jours du séjour à skier avec ses enfants. Toutes les alternatives sont possibles afin de bénéficier du meilleur des deux enseignements.

Au final, apprendre le ski à ses enfants : bonne ou mauvaise idée ? Tout dépend du parent et de l’enfant. Êtes-vous patient, bon professeur, pédagogue ? Ou au contraire, avez-vous tendance à crier, gronder, surévaluer les capacités de votre progéniture ? L’enfant est-il aussi sage, attentif, et à l’écoute à la maison qu’à l’école ? Fait-il des caprices avec vous, mais jamais avec les autres ? Selon vos réponses, vous aurez votre réponse. Dans un cas comme dans l’autre, les équipes de Go Sport Montagne seront là pour vous conseiller sur le meilleur équipement pour votre petit skieur.

 

Les points-clés à retenir pour parfaire vos cours de ski pour vos enfants :

Enseigner le ski à ses enfants permet de renforcer la relation familiale, mais la technique n’est pas toujours au rendez-vous.

– Réserver des cours en école de ski, c’est miser sur un meilleur apprentissage au détriment de la construction du lien parent-enfant.

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Retour aux articles